Par définition, le contrôle technique est un certificat délivré à la voiture pour prouver que cette dernière est apte à circuler sur les voies publiques. Le contrôle concerne les véhicules légers (moins de 3.5 tonnes). Un organisme relié à l’Etat se charge de l’effectuer périodiquement.

Le contrôle technique est désormais obligatoire depuis 1992. Sa mise en place a été faite dans le but de prévenir tout accident lié à l’absence de maintenance du véhicule ou à la vieillesse des pièces. Depuis sa création, le contrôle évolue régulièrement et devient de plus en plus strict. Il est à noter qu’aucune convocation ne parvient au propriétaire avant d’effectuer un contrôle technique mais c’est à chacun de se souvenir des dates des prochains contrôles.

A quelles périodes doit être fait le contrôle technique ?

Pour un véhicule neuf, aucun contrôle technique n’est nécessaire jusqu’après trois ans et demi. Une fois cet âge atteint, le propriétaire dispose de six mois pour faire son premier contrôle technique. Une fois effectué, il doit se faire désormais tous les deux ans. Pour le cas des véhicules utilitaires, le contrôle se fait chaque année et un contrôle du niveau de pollution du véhicule doit également être fait. En ce qui concerne les véhicules de collection, le contrôle est obligatoire tous les cinq ans.

Que risque-t-on si la périodicité du contrôle technique n’est pas respectée ?

Si le propriétaire ne respecte pas la périodicité du contrôle technique, il s’expose à de graves sanctions, notamment à une amende s’élevant à 135 euros. Le véhicule est également immobilisé. Le certificat d’immatriculation du véhicule est retiré pour une période de sept jours et les autorités remettent au propriétaire une fiche provisoire qui lui permet d’effectuer son contrôle. Lorsque le contrôle est réalisé, le propriétaire remet le procès verbal du contrôle technique aux autorités afin de récupérer son certificat d’immatriculation.

Comment préparer le contrôle technique pour ne pas se faire recaler ?

Les véhicules recalés au contrôle technique doivent repasser par une contre-visite après avoir réparé les anomalies trouvées. Cependant, il est possible de prévenir ces anomalies en effectuant soi même une vérification du véhicule en se basant sur les points essentiels examinés lors du contrôle technique.

  • Les plaques d’immatriculation avant et arrière doivent être conforment aux normes en vigueur. Elles doivent être bien lisibles et bien fixées, le lettrage doit être conforme au certificat d’immatriculation.
  • Les pneus doivent être gonflés à la bonne pression, ne doivent présenter aucune détérioration comme une hernie, aucune déformation des jantes alu supérieures, et les rainures doivent encore être présentes.
  • Il est conseillé de remplacer les plaquettes de frein avant de passer au contrôle technique car la vérification du freinage est très stricte puisque c’est le garant de la sécurité des passagers.
  • Il faut vérifier si les amortisseurs ne fuient pas. Un constat visuel permet de vérifier son état.
  • Le pot d’échappement doit être minutieusement vérifié : sa fixation, présente-t-il des fuites, dégage-t-il une fumée noire,… bref, il est conseillé de consulter un spécialiste
  • La vérification des pare-brise et des rétroviseurs est primordiale : les fissures de plus de 30 cm et le système de réglage des rétroviseurs externes.
  • Tous les éclairages doivent être vérifiés jusqu’à l’éclairage de l’immatriculation ainsi que les signalisations.
  • La carrosserie ne doit pas présenter des défauts majeurs et les portières doivent pouvoir s’ouvrir et se fermer convenablement
  • Enfin, l’habitacle doit être examiné : les réglages des sièges, les ceintures de sécurité.