L’année prochaine, à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, le pays se prépare à accueillir des supporters et des fans venus du monde entier, venant soutenir chacun leur équipe, ainsi que des journalistes qui viendront couvrir l’évènement. De nouveaux stades, des rénovations, des infrastructures se développent partout dans le pays afin d’offrir la plus belle expérience aux Camerounais et aux visiteurs dans le pays qui s’y rendront à cette occasion.

 

Dans ce cadre, le Cameroun s’est doté depuis quelques mois à l’aéroport international de Yaoundé de systèmes de sécurité modernisés et répondant au standard de sûreté et de prévention des actes terroristes. Cette modernisation est aussi l’occasion de transférer certaines compétences de sociétés privées vers les autorités de l’état. Du fait de cette mise à jour, le processus de contrôle qui intervenant jusqu’à maintenant juste avant l’embarquement devrait ne plus avoir lieu du fait du non-renouvellement des contrats des entreprises qui en étaient en charge. Cet ultime contrôle avait été mis en place à la demande des compagnies aériennes il y a plusieurs années, et prenaient à leur charge ce surplus financier. Dorénavant ce contrôle est inutile, et posait dernièrement de nombreux soucis. En effet, de très nombreuses plaintes étaient remontées concernant les employés en charge de cette dernière ligne de sécurité.

 

Ces derniers n’hésitaient pas à littéralement racketter les passagers à leur embarquement, en leur conseillant de manière très lourde de leur laisser leurs Francs CFA, mais également leurs médicaments en utilisant n’importe quel faux prétexte afin de les délester de leur moindre possession. Cela pouvait atteindre des proportions grotesques, certains de ces employés voleurs allant jusqu’à garder pour eux les gâteaux et même des préservatifs. Alors que pour d’obscures raisons l’ambassadeur des États-Unis souhaite maintenir ce contrôle, tous les autres acteurs de la sécurité aéroportuaire souhaitent voir sa disparition.