La densité de population de l’Ouest est généralement élevée, en particulier dans les villes de Bafoussam, Dschang, Mbouda et Bafang.

L’explication est la présence d’un climat plus agréable et de sols fertiles. Bafoussam est à la fois la capitale provinciale et le coeur des terres des Bamiléké. Les populations sont moins nombreuses à mesure que l’on se dirige vers la frontière méridionale et dans les territoires dominés à l’est par les Bamouns. Les zones d’habitations y sont ainsi moins denses.

 

La région connaît une émigration importante, en particulier lorsque les vastes plantations de la province du Sud-Ouest engagent des travailleurs pour les récoltes annuelles. L’émigration permanente est principalement pratiquée par ceux qui souhaitent échapper aux conditions de surpeuplement et cultiver de plus grandes parcelles de terre. Elle est principalement dirigée vers les provinces du sud-ouest et du littoral.

 

L’habitat traditionnel

 

Les maisons Bamiléké sont traditionnellement faites de terre séchée placée sur un cadre de bambou et recouverte d’un toit de chaume. Les parcelles de ferme séparées par des clôtures entourent la maison typique de ces contrées.

Pourtant, les maisons construites ainsi sont rarement vues aujourd’hui, bien que les granges soient encore construites avec ces méthodes. Un autre trait de l’architecture traditionnelle de cette région est la structure de grands toits coniques, leurs murs de bambou et de briques d’argile et leurs poteaux sculptés autour de l’entrée.

Ces bâtiments sont composés d’une salle d’audience centrale précédant d’autres salles dédiés aux individus de rang inférieur.

 

Les groupes ethniques de la province de l’ouest

Deux groupes tribaux majeurs dominent l’Ouest: les Bamiléké et les Bamoun. Les deux sont considérés comme étant semi-Bantous.

Les Bamiléké restent néanmoins les plus nombreux, avec une population estimés à au moins 3 millions de personnes.

Ils sont concentrés au sud-est des montagnes Bamboutos et à l’ouest du fleuve Noun. Leurs principales implantations sont à Bafoussam, Bandjoun, Bafang, Bawaju, Bangangté, Dschang et Mbouda. Ils s’organisent en sous-groupes, chacun sous la direction d’un chef différent. Les exemples sont les Fe’fe ‘, Ghomala, Kwa’, Medumba, Mengaka, Nda’nda ‘, Ngomba, Ngombale, Ngiemboon et Yemba. La plupart de ces groupes parlent une langue spécifique, bien que tous soient étroitement liés. La plupart des Bamiléké sont chrétiens, en général catholiques”””.

 

Les Bamoum sont l’autre groupe ethnique majeur de la région. Ils sont un sous-groupe du peuple Tikar. Ils sont principalement musulmans et tous sont dirigés par un sultan depuis leur capitale tribale, Foumban.

 

Les autres langues parlées dans la province sont le Bamenyam, le Mbo et le Tikar. Les habitants les plus éduqués parlent aussi la langue française.