La vente à réméré, aussi appelée vente avec faculté de rachat, est une option permettant à une personne ayant de grandes difficultés financières de vendre temporairement un bien immobilier, mais avec une option de rachat au bout d’une certaine période. Cette pratique s’adresse particulièrement aux foyers qui rencontrent de graves problèmes d’argent étant donné qu’elle comporte certains risques.

Qu’est-ce au juste que la vente à réméré ?

Comme cité plus haut, la vente à réméré consiste à mettre en vente son bien immobilier auprès d’un investisseur en permettant au vendeur de racheter son bien au bout d’une période allant de 6 mois à 5 ans. La démarche étant extrêmement complexe, il est toujours conseillé d’avoir recours au service d’un notaire pour vous accompagner lors de la rédaction de l’acte de vente et de la mise en place des clauses rémérés. Le notaire va également se charger de trouver l’investisseur qui remboursera les dettes du propriétaire en rachetant son bien.

Ainsi, le vendeur peut encore loger dans sa résidence, mais il devra verser un droit d’occupation, une sorte de loyer, à son investisseur pour continuer à habiter dans la maison. À la fin de la période du réméré, généralement fixée avec l’investisseur durant la vente, le vendeur rachète son bien grâce à un prêt ou au dépôt de garantie.

L’intérêt de ce type de vente est qu’elle permet à une personne ayant de lourdes dettes de les rembourser, sans pour autant quitter sa résidence actuelle. D’ailleurs, elle dispose d’une certaine période pour trouver la somme requise afin de racheter son bien. De plus, c’est une démarche discrète qui permet au vendeur de mettre son bien en vente sans que l’entourage ou les voisins puissent s’en apercevoir.

Les avantages et risques de la vente à réméré

Très pratique pour les personnes en de grandes difficultés financières, la vente à réméré permet de récolter un capital assez conséquent pour rembourser ses créances, sans devoir changer de maison. D’ailleurs, elle est surtout recommandée pour ceux qui sont fichés FICP à la banque de France et qui ne peuvent obtenir de prêt pour solder ses dettes. Elle représente donc une solution de dernier recours qui n’est conseillé qu’en cas d’extrême difficulté. La vente à réméré est également la solution idéale pour éviter la saisie immobilière par des créanciers. En dépit de ses nombreux avantages, cette option comporte cependant des risques majeurs comme :

–          L’impossibilité de rachat du bien à la fin de la période du réméré

–          Un montant de rachat considérablement élevé par rapport au prix à la vente

–          Le versement d’une indemnité d’occupation qui n’est pas toujours évident

–          Le versement d’une indemnisation dans le cas d’un rachat avant le terme du réméré

Si vous souhaitez tirer le meilleur parti de la vente, voici quelques astuces qui pourront vous aider. Tout d’abord, faites appel à un notaire pour la démarche. Vous pourrez ensuite insérer des clauses spécifiques dans le contrat de réméré pour éviter les risques lors du rachat. Pour cela, seul le notaire pourra vous conseiller.